Lancement de la stratégie nationale de lutte contre l’endométriose.

L’endométriose est une maladie qui touche une femme sur dix en France, soit plus de 2 millions de françaises. Pourtant, c’est une maladie encore insuffisamment connue, diagnostiquée, et donc soignée.

Pour répondre à cet enjeu de santé publique et de société, le Président Emmanuel Macron a annoncé aujourd’hui le lancement d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose.

Mieux diagnostiquer et mieux soigner

La stratégie nationale annoncée vise à « mieux comprendre cette maladie et ses causes, et trouver des traitements thérapeutiques », a affirmé Emmanuel Macron, annonçant que des moyens seront débloqués « à la hauteur des enjeux » pour la recherche. Ensuite, chaque région va devoir « identifier précisément des filières territoriales de soins avec au moins un centre de recours et d’expertise ». « Il y aura un financement national spécifique », a précisé l’Elysée.

Enfin, « il faut développer ce qu’on pourrait appeler un ‘réflexe endométriose’ auprès de tous les publics : à l’école, à l’université, à la maison, au bureau, et même, et surtout dirais-je, dans les milieux médicaux », a estimé le locataire de l’Elysée.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, « rassemblera prochainement un comité de pilotage national pour définir le plan d’action et le mettre en oeuvre avec les représentants des patientes et des professionnels, et de tous les ministères et secteurs concernés », a-t-il ajouté. Ce comité tiendra sa première réunion en février.